Sélectionner une page
ForumCatégorie: Lob & Anregungen / Éloges et suggestionscollaboration entre public – privé
albert schot
a demandé il y a 12 mois

D’abord je vous félicite grandement d’inclure le privé dans les considérations de Simap!

Je n’ai jamais compris pourquoi en Suisse, le pays du consensuel, nous n’avons pas su construire une collaboration efficace entre le public et le privé.

Je viens du monde de l’informatique, et par exemple, les conditions de la confédération ou celles des "SIK" ont été écrites unilateralement par le public, sans tenir assez compte des standards du marché, local ou internationnal, ni des besoins des fournisseurs.

C’est une des raison pour laquelle les achats publics sont 28% plus chers en moyenne que dans le privé, les entreprises considérants que faire des affaires avec l’Etat leurs coutaient plus cher, tant dans les risques encourrus que dans l’inflexibilité de l’Etat et la lourdeur administrative.

Tout cela n’est pas nécessaire, en tout cas pas dans cette mesure!

La recherche du risque zéro est vaine et coûtre très cher. Bien sûr, il ne faut pas prendre des risques inutiles. Mais "pousser" les risque vers le fournisseur ne résout en fait pas les risques et cela augmente les prix.

Je prone une approche plus collaborative, par exemple par la discussion préalable (en cours d’offres), chose encore peu pratiquée selon les règles AIMP, il est souvent fort profitable tant pour l’Etat que pour ses fournisseurs de pouvoir discuter des alternatives positives. Les règles OMC ne sont pas contre ce genre de pratiques.

Bien sûr, les risques d’abus sont réels, mais il est probable que qu’ils n’augmentent pas dans une approche plus collaborative.

Personnellement, je serais prêt d’amener ma contribution pour promovoir la collaboration efficace, tout le monde va y gagner.

Piffaretti
a répondu il y a 10 mois

Cher monsieur Schot,

J’ai lu votre commentaire avec intérêt. Je suis un étudiant (55+) en bachelor de droit et me suis découvert un intérêt pour le droit administratif et particulièrement pour les marchés publics.

Même si je ne pense pas que la question soit directement liée aux fonctionnalités de simap (ou alors cela m’échappe), je souhaitais connaître votre source (si elle est publique) sur l’affirmation concernant les prix nettement supérieurs (+28%) facturés au public (par rapport au privé) et sur la question de la gestion des risques encourus.

Un grand merci d’avance pour votre partage et cordiales salutations,

Joël Piffaretti

(ps : je trouve excellente l’idée de faire collaborer le privé et le public, notamment dans le développement de simap qui sera utilisé par tous les acteurs).


1 Réponses
kissimap personnel a répondu il y a 11 mois

Bonjour M. Schot

Merci pour votre commentaire et votre intérêt pour le projet KISSimap.ch. Nous apprécions votre reconnaissance de l’intégration du secteur privé dans les réflexions de simap.ch.

Il est important de noter que le projet KISSimap.ch est développé conformément à la réglementation des marchés publics. Il ne relève pas de la responsabilité du projet d’adapter la réglementation des marchés publics. Cependant, nous sommes ouverts à la collaboration et aux partenariats qui peuvent avoir lieu dans le cadre de tests de la part des fournisseurs.

Dans ce contexte, nous souhaitons vous informer que notre équipe de test comprend également des représentants des fournisseurs. Nous estimons que leur participation est essentielle pour assurer une perspective équilibrée et une meilleure adaptation du projet aux besoins de toutes les parties prenantes.

De plus, nous tenons à souligner que la fonctionnalité du forum sera maintenue même après la mise en service du projet KISSimap.ch. Cela permettra à tous les fournisseurs de continuer à contribuer à l’amélioration et à l’évolution du système.

Pour conclure, nous souhaitons souligner que la nouvelle plateforme d’achat simap.ch soutiendra mieux qu’aujourd’hui la procédure de dialogue en tant qu’instrument d’optimisation des marchés. Dans le cadre des unités de réalisation suivantes, la procédure de dialogue sera développée et intégrée comme fonction essentielle dans différents types de procédures.

Le dialogue permet d’impliquer les fournisseurs dès le début du processus d’achat et garantit une certaine flexibilité grâce à l’élaboration d’un cahier des charges final à l’issue du dialogue. Cette approche présente de nombreux avantages, car elle garantit que les soumissionnaires sont activement impliqués à un stade précoce et que leur expertise et leurs idées peuvent être prises en compte dans le développement du cahier des charges final, sur lequel les offres sont soumises.

Cordialement

Emanuel Hammer


Ton réponse

13
+
19
=